Vous avez fait des études supérieures, mais vous n’arrivez pas à décrocher un job ? Vous êtes cadre, mais votre travail vous ennuie et vos missions ne correspondent plus à vos valeurs personnelles ? Vous rêvez d’un métier concret dans lequel vous allez pouvoir vous épanouir pleinement ?
Rassurez-vous, vous faites partie des milliers de jeunes diplômés ou cadres seniors qui souhaitent reprendre en main leur avenir professionnel.

Cadres et jeunes diplômés rêvent de métiers manuels !

Ce phénomène prend de l’ampleur depuis quelques années et s’explique par plusieurs facteurs : déception vis-à-vis d’un marché du travail atone, sensation de déclassement social, rejet du management dans l’entreprise, besoin de travailler avec ses mains, recherche d’un autre type de relation inter-personnelle…

Logiquement, les attentes des diplômés du supérieur sont en train de se modifier : l’idée de la réussite professionnelle a changé, l’épanouissement personnel est devenu une priorité, devant le salaire ou la considération sociale.

Un métier manuel pour redonner du sens à son travail

Les métiers manuels et de l’artisanat font aujourd’hui figure de valeur refuge, à la fois pour se réaliser en faisant ce qu’on aime mais aussi pour retrouver son identité en se reconnectant à un environnement social devenu irréel derrière les ordinateurs de bureau.

Reflet de cet état d’esprit, les programmes télévisés de concours artisanaux montrant le bonheur d’être cuisinier, pâtissier ou fleuriste, ont un énorme succès d’audience.

Des secteurs avec de fortes opportunités d’emplois

De plus, les métiers manuels sont très porteurs d’emploi. D’après l’Enquête Besoins en Main-d’Œuvre de Pôle Emploi pour l’année 2017 :

  • – l’aménagement paysager recrute plus de 23 000 jardiniers,
  • – l’hôtellerie-restauration recrute plus de 121 000 chefs cuisiniers, cuisiniers et apprentis de cuisine, et plus de 6 000 boulangers et pâtissiers,
  • – les secteurs de la petite enfance, du social, de la santé et des services à la personne embauchent 111 000 aides maternelles et 15 000 éducateurs spécialisés…

Et si on passait son CAP après un bac +5 ?

Aujourd’hui, un quart des créations ou reprises d’entreprises artisanales est fait par des cadres seniors ou de jeunes diplômés du supérieur. La préparation à l’examen d’un CAP pouvant se faire en 6 mois à un an, une reconversion vers un métier manuel peut se faire rapidement. Il n’est plus rare de passer son CAP après avoir fait une école de commerce ou obtenu un bac +5.

Un changement de vie radical pour redonner du sens à sa carrière professionnelle !

Cliquez ici pour ajouter une autre formation

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

  • smiley
    SATISFACTION
    91%
    de nos élèves recommanderaient Natura-Dis à leurs amis *

  • reussite
    REUSSITE
    Diplômé ou
    100%
    remboursé**

  • flexibilite
    FLEXIBILITE
    • Avec ou sans BAC
    • Inscription toute l’année
    • Formations à votre rythme
    où que vous soyez

  • Qualification OPQF
    La qualification porte
    uniquement sur les
    activités FPC définies
    par le code du travail.